Associé aux termes finance et technologie, il y a le Graal de la transformation digitale des banques. Il y a aussi l’innovation en entreprise et ses pratiques à co-construire. Il y a également une culture et des ambitions à partager. Quelles sont les vôtres ?

Exécuter l’innovation

L’injonction à l’innovation se lit dans toutes les politiques publiques et dans toutes les stratégies corporate. L’innovation est connue pour être le carburant, ou plutôt le moteur, de notre développement économique.

Parmi toutes les formes existantes, l’innovation technologique est celle qui brille sous les projecteurs. Dans le secteur bancaire, les sirènes de la transformation digitale résonnent et ce sont les technologies de la finance — #fintech — qui sont en première ligne.

Dans l’imaginaire collectif, les structures jeunes et agiles de la #fintech réalisent ce que les banques ne peuvent pas mettre en oeuvre. Elles exécutent leur vision. Elles ont pour horizon à moyen terme : d’être rachetées par une banque ; ou — pour les heureuses élues — de se transformer en animal féerique à même de séduire les utilisateurs/clients d’un monde qui n’a plus de frontières.

En parallèle, il y a l’innovation corporate qui est une fonction parmi d’autres dans l’entreprise ; certes jeune, mais néanmoins fonctionnelle. D’un côté, elle entretient des liens avec les startups — #fintech et autres — , elle partage leurs codes culturels, s’appuie sur leurs méthodes. Et de l’autre, l’innovation corporate cherche à accompagner la stratégie de l’entreprise et sa transformation digitale.

L’innovation s’institutionnalise, se standardise, se norme, se “process”. Dès lors, quel pouvoir de transformation l’innovation peut-t-elle conserver ? En reprenant des termes du secteur : comment pouvons-nous imaginer l’innovation tout en cherchant à l’exécuter ?

Ouvrir l’innovation pour nourrir la culture d’entreprise

Tout le monde vous dira que pour innover, il faut partager une vision, apprendre à se connaitre et à se faire confiance, partager des objectifs et des pratiques, s’ouvrir, monter des partenariats et des projets exigeants dans des secteurs dont le modèle économique est à éprouver et la communauté à “engager”.

L’innovation entraîne les acteurs qui ont l’opportunité de s’en saisir dans une dynamique stimulante de découverte, de subversion, de transgression, de BMC, de POC, de MVP, de Go To Market, de disruption, etc. Ils reconstruisent une représentation de leur environnement sur la base des expériences qu’ils vivent. C’est une question de pratiques et de transformation culturelle. Il y a dans l’innovation le savoir faire de l’artisan et l’ambition de l’industriel.

C’est là que l’entreprise se doit d’être ouverte. Combien de salariés, de clients, de partenaires, de parties prenantes se voient proposer l’opportunité de contribuer à l’innovation et à la transformation de leur entreprise ? A quoi aspirent les individus qui contribuent à ces innovations ? Quelles valeurs partagent-ils, quels impacts sociaux et environnementaux veulent-ils avoir ? Quelles pratiques sont-ils prêts à adopter/abandonner ?

Imaginer la banque innovante

Nous sommes à la veille de l’adoption d’une loi PACTE qui va permettre aux entreprises d’inscrire une mission sociale ou environnementale dans leurs statuts. Nous sommes au lendemain d’un nouveau rapport alarmant du GIEC sur l’état de notre planète. Le modèle de la banque est bousculé par les nouveaux entrants que sont les #fintech. Quel meilleur moment pour réinvestir la question de l’innovation et de la transformation digitale ?

Je n’ai pas la prétention d’apporter les réponses aux questions que je pose. Je veux par contre éviter de vouer un culte à des chimères technologiques inaccessibles. Le village global n’est pas : internet ne fait pas la communauté, ce sont les communautés qui font les internets. Que l’innovation digitalise est une bonne chose ; elle doit aussi être inclusive et porteuse d’ambitions sociétales, d’innovations sociales et environnementales.

Pour ma part, dans un contexte de bouleversements sociétaux profonds, je perçois une nécessité de fédération de ceux qui aspirent à une transformation sociétale, ceux qui ont un appétit de changement, pour travailler aux côtés de ceux qui gèrent les services régaliens de l’entreprise. Transformons la banque.

 

Et vous, quelle transformation désirez-vous ? Comment imaginez-vous la banque innovante ? Quelles méthodes utilisez-vous pour y arriver ? Comment pourrions-nous y travailler ensemble ?

Commentez ce billet et je vous invite à un temps de rencontre national sur le sujet ou à boire un café ! 

retrouvez cet article sur medium.com/@julienfortin