Nous en avons discuté à quelques reprises avant d’y arriver. C’est chose faite. Un rouleau, de l’encre, un bout de trottoir, une plaque d’égout et quelques pièces textiles ont suffi à donner vie à des motifs industriels tout droit sortis d’aciéries.

Martina est architecte, mais c’est la litogravure qui l’occupe. Elle a une belle pile d’impression chez elle.

Cet atelier d’art plastique urbain a été l’occasion de lui demander ce qu’elle aimerait faire si elle avait plus de temps. Sa réponse :

martina
martina

J’écrirai un livre

Martina, Lille, 24 mai 2019